mardi 31 juillet 2012

Décrocher pendant les vacances ? Oui, avec de l’organisation !


Vacances, vacances… si ce mot n’a plus vraiment de sens pour certains, comme nous l’avons vu la semaine dernière, pour d’autres il conserve toute sa signification : repos, farniente, détente... Et oui, c’est juste une question d’organisation !

Vous prenez bien le temps de prévoir à l’avance toute la gestion de vacances? Faites de même avec votre travail : planifiez une à deux semaines avant, vos dossiers les plus importants et répartissez-les dans l’équipe. Fournissez-leur toutes les informations indispensables.

Certains auront du mal à déléguer : remise en cause des compétences de vos collaborateurs ou simple angoisse que l’un de vos collègues brille en votre absence ?

Dans ces cas-là, l’usage du téléphone portable peut être un moyen de remédier à ces appréhensions. Néanmoins, soyez vigilant : désignez une personne en charge de vous appeler et seulement s’il n’y a pas d’autre alternative. De cette manière vous partirez l’esprit plus tranquille.

L’idéal étant de ne recevoir aucun appel, ce qui optimisera votre trêve estivale. Et dîtes-vous une chose : adieu le quotidien et bonjour l’évasion, vous êtes en vacances !

mardi 24 juillet 2012

Décrocher pendant les vacances ? Mission impossible !


« Les valises sont bouclées, les enfants attachés à l’arrière, on a pris les bouées, les tongs, les maillots de bain, on est fin prêt pour le départ en vacances… Ah !! Mais il me manque mon Smartphone ! Où est mon ordi ??? »

Sous cet air de caricature, il y a pourtant une part de vérité. Qu’on se le dise, certains d’entre vous, notamment les cadres et hauts dirigeants, ont bien du mal à faire un véritable break pendant leurs vacances. Quelques-uns  ont le sentiment d’être indispensables au sein de leur entreprise tandis que d’autres souffrent d’un attachement particulier pour leur travail : ils sont «workaholic».

Les gadgets technologiques qui nous accompagnent partout comme le Smartphone, le pc portable ou encore les tablettes numériques, ne font rien pour nous aider. La tentation s’avère trop grande. Peu importe l’endroit où vous vous trouvez, vous êtes 53% à répondre à vos appels professionnels.

Pour d’autres, les dossiers en cours ne sont bien évidemment pas restés au bureau mais glissés discrètement dans la valise : 14% d’entre vous consacreront plus de trois heures par jour à leur travail. Les principaux concernés étant les titulaires de postes d’encadrement en PME et TPE.

Si les contraintes varient selon le secteur d’activité, la position hiérarchique et l’organisation managériale de l’entreprise, certains vous diront que c’est aussi une manière de se rassurer.

Attention néanmoins que cela ne devienne pas une source de tension familiale !

mercredi 18 juillet 2012

Bilan de compétences, vous y avez pensé ?


L’autre matin, à la cafet’ j’entendais des collègues parler de « Bilan de compétences ». La curiosité me pique. J’avance vers eux avec une question en tête :

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

L’un d’eux, Julien, m’explique alors qu’il s’agit d’une cession de cinq séances d’une demi-journée étalée sur six semaines environ, qui me permettra de faire le point en répondant à : « Qui suis-je ? Que puis-je faire encore professionnellement parlant ? »

Plus en détails, de quoi s’agit-il exactement ?

Son voisin, Cyril, développe : « Pendant ton bilan, tu feras le point sur ta carrière professionnelle et ta situation personnelle. C’est la première étape du processus : une introspection sur toi-même. De cette façon, tu mets en perspective ce qui te définit, à savoir : ta personnalité, ton comportement et tes motivations. »

Et c’est tout ?

Julien réplique : « Non bien entendu ! Vient ensuite une réflexion sur ton projet professionnel. Avec un regard objectif, les consultants t’aideront à redéfinir tes attentes d’un point de vue métier/entreprise. Gardes bien à l’esprit que la réalisation éventuelle de ce projet t’appartient, ils sont là pour t’accompagner tout au long de ta réflexion et t’aider à le mettre en place. C’est ce qu’on pourrait appeler : acquérir de la méthodologie de gestion de carrière. Ils répondent à toutes tes interrogations mais n’ont en aucun cas la solution miracle à : Que faire ? ».

Comment accéder à un bilan de compétences ?

Cyril, plus à l’aise sur le sujet pour en avoir effectué un récemment, m’apprend qu’un salarié justifiant d’au moins cinq ans d’activité dont douze mois dans son entreprise actuelle peut y accéder.

« C’est un droit ouvert à tous sur la base du volontariat de l’employé. Tu pourras le réaliser dans le cadre d’un congé « bilan de compétences », du plan de formation prévu par ton entreprise ou du DIF, le droit individuel à la formation. Pour le choix de l’organisme, c’est avant tout une question de « feeling » : un organisme travaillant avec l’entreprise ou un indépendant, c’est à toi de voir. »

Un dernier conseil ?

Bien souvent, on associe le bilan de compétences à un mal être mais certains d’entre vous  en réalisent un, simplement pour faire un « check-up », un point c’est tout.

« Prépares-toi bien, définis à l’avance tes objectifs, le « pourquoi » tu effectues ce bilan. Sinon tu repartiras avec plus d’interrogations que tu n’en avais ! ». Voilà les dernières informations de nos compères.

Après mûre réflexion, j’envisage de faire un bilan de compétences, et vous ?

mercredi 11 juillet 2012

Comme une envie d’aller voir ailleurs : les cadres aspirent à plus de mobilité !


Le changement rythme le parcours professionnel des jeunes cadres : 8% d’entre eux ont changé d’entreprise l’année dernière, un chiffre en légère progression, le plus élevé depuis trois ans.

Ils sont plus mobiles et enclins à de nouvelles perspectives salariales mais également à de nouveaux défis professionnels. D’autres motivations s’ajoutent à cela : des conditions de travail difficiles, le déséquilibre vie privé/vie professionnelle, l’insatisfaction ou simplement l’absence d’évolution dans l’entreprise.

Nombre d’entre eux songent à quitter leur employeur dans les trois ans à venir.

Mais alors, quelles sont les compétences requises pour une bonne mobilité ?

La langue de Shakespeare, internationale, n’est plus suffisante pour vous démarquer de votre voisin. Développez vos compétences pour des langues moins répandues qui sont, bien entendu, en lien avec votre secteur d’activité.

Une expérience plus ou moins longue à l’étranger dans le cadre de vos études ou de votre emploi, améliorera votre candidature. Coté destinations, les pays émergents comme le Brésil ou la Chine sont très appréciés par les entreprises disposant de filiales dans ces Etats.

Dans tous les cas, ajouter une dimension internationale à son profil n’est jamais dévalorisante bien au contraire !

D’autre part, l’expérience acquise au sein d’une petite structure telle une PME ou PMI : mise en situation, responsabilité, autonomie et découverte complète d’un métier, apporteront une réelle valeur ajoutée à votre profil.

Dans un monde évoluant très rapidement, votre adaptabilité et votre esprit de synthèse seront les bienvenus. N’oubliez pas non plus de cultiver votre personnalité, un point essentiel pour départager deux candidats au profil similaire.

Du changement oui, mais pour aller où ?

Les villes préférées des cadres et jeunes diplômés en France :

Lyon prend la tête du classement, notamment pour son activité économique orientée dans l’industrie de hautes technologies suivi de près par Toulouse, classée troisième pour son activité aéronautique et spatiale.

D’autres villes sont également citées, majoritairement pour leur qualité de vie : Bordeaux, Nantes, Montpellier, Aix en Provence, Lille, Rennes, des villes où il fait bon vivre.

Paris est toujours appréciée pour son fort bassin d’activité même si la qualité de vie n’est pas aussi satisfaisante qu’en province.

Comme on le dit ces derniers temps : le changement, c’est maintenant !

mercredi 4 juillet 2012

CV : quel casse-tête !


Bientôt le départ en vacances pour certains pendant que d’autres sont toujours en recherche d’emploi, stage et alternance pour la rentrée prochaine ? Petit conseil de Small IZ beautiful pour mettre toutes les chances de votre côté !

On ne vous le dira jamais assez : faites attention à votre CV ! Bien souvent les candidats apportent des améliorations fictives à leur profil et ce, à leurs risques et périls. En témoigne les derniers évènements relatés dans la presse concernant l’ex-PDG d’un grand moteur de recherche sur Internet.

Il s’avère très tentant de modifier légèrement son CV pour correspondre à une offre de stage ou d’emploi. La raison principale à cette imposture? Le manque d’expérience reproché aux jeunes étudiants et diplômés.

On estime à 10% en moyenne, le nombre de CV contenant des informations trompeuses.

La plupart du temps : l’âge, les faux diplômes, la surestimation des compétences linguistiques et la dissimulation d’une période d’inactivité, font partie des arrangements les plus courants. On les croit sans conséquences mais ils peuvent, s’ils sont découverts, s’avérer rédhibitoires pour celui qui en use. Cela peut aller de la simple mise à l’écart, comprenez être « black-listé », voire même jusqu’au recours en justice: annulation du contrat, licenciement, 3 ans de prison et 45 000€ d’amende, sont les issues possibles.

Depuis quelques années, les entretiens d’embauche se sont durcis. Gare à celui qui idéalise son profil, les chargés de recrutement l’attendent au tournant !

Cependant, même si certains managers Luxembourgeois, Hollandais ou Belges restent confiants sur l’exactitude des informations constituant votre CV, d’autres recruteurs n’hésitent pas à vous « pister » sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Viadeo ou LinkedIn.

Mais alors, comment se démarquer ?

Ces derniers temps on entend beaucoup parler d’originalité et d’inventivité. Certains d’entre vous ont franchi le pas en réalisant des CV pour le moins inattendu. Chacun y va de sa touche de créativité pour se présenter de manière décalée, mais soyez vigilant : ce type de présentation ne convient pas pour tous les emplois !

De l’originalité, oui, mais comme on sait si bien le dire  « on peut rire de tout mais pas avec tout le monde » ! Prudence donc …

Gardez à l’esprit que le CV reste tout de même très formel et synthétique pour la plupart des entreprises. Profitez surtout de l’entretien d’embauche pour leur montrer votre personnalité, vos capacités pour le poste à pourvoir, vos centres d’intérêts, votre dynamisme, votre adaptabilité. Bref montrez-leur qui vous êtes au-delà de cette feuille dactylographiée.

Rassurez-vous, d’après l’enquête de l’APM (Association Progrès du Management), les chefs d’entreprises sont satisfaits à 80% des jeunes qu’ils ont recrutés : 89% se félicitent de leur intégration dans l’entreprise et 83% de leur motivation.

Qu’on se le dise : pas de stress et surtout restez vous-même !

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin